Vous êtes ici : Accueil » Le village » Historique

Le village

Historique

Le village d'Éguilles a réussi, à travers les âges, à préserver son caractère authentique.

Perché à 300 mètres d’altitude, entouré de champs et de forêts, il possède un belvédère remarquable offrant une vue exceptionnelle sur la campagne provençale. Le petit hameau des Figons, tout proche, lui est rattaché et bénéficie lui aussi d’un environnement champêtre protégé.

Un peu d'histoire :

 

 

 

 

 

BlasonDes traces datées du néolithique prouvent que le site d'Eguilles a été habité dès le 3e millénaire avant J.C., et qu'il a été le théâtre d'une activité intense deux mille ans plus tard, comptant deux oppidums celto-ligures, à Pierredon et aux Mourgues.

Ces deux sites furent détruits, 124 ans avant J.C., en même temps que le site d'Entremont sur les hauteurs d'Aix-en-Provence.

Un peu plus tard, à l'époque Gallo-Romaine, un nouveau village se développe le long de la nouvelle Voie Aurélienne, mais faute de documents, il est impossible de suivre son évolution au-delà des grandes invasions.

Au Xe siècle, des textes retrouvés font état de " Castrum de Aquila "

Par la suite et jusqu'à la fin du XVIe siècle, le village fut l'objet d'affrontements constants entre les seigneurs des Baux et la Maison de Provence, jusqu'à la destruction du château, lors des guerres de religion.

Au début du XVIIe siècle, s'installe la dernière famille des seigneurs locaux, les célèbres Boyer d'Eguilles, qui ont fourni une longue lignée de juristes et d'humanistes. Sous leur gestion, le village se développa jusqu'à compter 1 800 habitants en 1790, l'année où il devint chef-lieu de canton !

Entre-temps, le Château avait été reconstruit, avec l'église qui le jouxte et il dominait désormais un village d'agriculteurs, d'artisans et de commerçants.

Parallèlement à la culture de la vigne et de l'olivier, qui remonte à l'époque celto-ligure, l'élevage du mouton avait pris une grande importance et il avait fait naître une industrie lainière très active. Eguilles devint alors un centre d'organisation de la transhumance : en 1784, il fit transiter 40 0000 mérinos d'Arles.

Le XIXe siècle, amenant la révolution industrielle, frappa de plein fouet cette économie, par l'amélioration des rendements, concurrençant les activités locales et entraînant l'exode rural : En 1936, Eguilles ne comptait plus que 730 âmes.

Soixante-dix-sept ans plus tard, nous voici 8000 habitants, preuves vivantes que la terre d'Eguilles est fertile et que les racines sont bonnes !

Caché au cœur du village, totalement clos, se trouve le jardin d'Eguilles, celui du sculpteur contemporain Max Sauze. Il a vu le jour en 1963. Sur une superficie de 950 m2, se répartissent une centaine d'œuvres, évolutives, accrochées aux arbres ou intégrées à la végétation.

Bienvenue à Eguilles.


Le Hameau des Figons

La chapelle St Alexis a été construite au XVIIème sous la protection de Notre Dame de l'Assomption. La Vierge de bois peint qui est du XVIIème siécle doit être la première statue de la chapelle. La cloche date de 1661 et aurait été bénie par Monseigneur J.De Grimaldi, Cardinal Archevêque d'Aix de 1655 à 1685. La date de 1704 rappelle l'agrandissement de la chapelle. On remarquera tout particulièrement deux peintures d'intérêt historique :

un tableau pouvant rappeler la peste à Marseille en 1720 et le dévouement de l'ordre des trinitaires un tableau représentant St Jean de Matha fondateur des trinitaires

Le cadastre de 1580 ne parle pas de chapelle. On peut donc estimer la construction de la première chapelle au plus tard en 1660 puisque le clocher est posé en 1661.

Hôtel de ville
Place Gabriel Payeur
13510 Éguilles
Tél : (+33) 4 42 92 40 61
Fax : (+33) 4 42 92 37 63
Formulaire de contact